Pinces à linge / clothespins

pincesàlinge

Cette semaine, j’ai proposé à Lynne de s’essayer aux pinces à linge. C’est un très bon exercice pour les tout-petits. Cela permet de développer la fonction de pince des doigts, la motricité fine et prépare la main à l’écriture (en activant les muscles, la précision, la concentration et la coordination). Habituellement, cet exercice se pratique avec un bol en mettant les pinces sur le bord. Mais alors que je mettais du linge à sécher sur la corde, j’ai pensé que ce serait plus agréable et plus utile pour Lynne de le faire directement sur l’étendoir à linge. Tout d’abbord, c’est plus agréable de travailler dehors l’été, et de cette façon, elle peut aussi faire le lien avec l’utilisation ménagère réelle.

Quand on y pense, ce n’est vraiment pas facile pour un tout petit d’utiliser des pinces à linge : il faut mobiliser la force pour ouvrir les branches, orienter la pince dans la bonne direction, viser la corde/tige/bord et finalement relâcher la pince. J’ai installé des habits/ torchons et je lui ai montré les mouvements doucement en expliquant qu’il fallait apuyer sur les oreilles du lapin (certains parlent plutôt de bouche de crocodile) et les lâcher. J’utilise beaucoup d’onomatopées (pouik/tong), je trouve que ça aide la mémorisation. J’ai laissé l’étendoir en accès libre pour qu’elle y revienne quand elle veut. Au début, c’était un peu difficile pour elle et elle préférait poser les pinces à l’envers (pas besoin d’appuyer, ça tient tout seul !). Et puis peu à peu, elle y est arrivé. Elle y est revenu plusieurs fois dans la semaine et a beaucoup aimé.

This week, I proposed to Lynne to try to work with clothespins. This is a very good exercise for toddlers. It develops the pincer grip of the fingers (while engaging muscles, precision, concentration and coordination), helps fine motor skill and prepare  the hand for writing. Usually, people practice with a bowl (by pinching the clothespins on the edge of the bowl). But, as I was hanging clothes outside to dry, I thought it would be more enjoyable and more meaningful for Lynne to do it directly on the drying rack. First, It is summer and being outside is better, and second, in this way, she can relate this exercise to a real task of daily life.

When you consider it, it is really not easy for the little ones to use clothespin : you have use strength to open  the clothespin, orientate the grip the right direction, then aim at the string/edge/stick, and finally release the grip. I put the clothes on and showed her the movements, slowly, explaining she had to pinch the rabbit ears (some people use crocodile mouth) and release. I use a lot noises (pouik/ tong) when I show her movements. I think it helps to memorize. I let the rack outside for her to practice whenever she wants. At the beginning it was a bit hard and she preferred to put clothespins upside down. But the day after, she was able to put them on the right way. She spent a lot of time on it, here and there and really enjoyed herself !

« The child who concentrates is immensely happy » M. Montessori

pincesàlinge2

IMG_5045

Publicités

Potager communautaire

Notre condominium (« résidence ») qui compte 9 petites maisons, vient de s’embellir d’un petit potager. Suzan et Francisco, nos voisins, aidés de Lynne se sont chargés de la réalisation. Pour poursuivre nos projets botaniques (lire ici et ici) j’avais acheté des graines de tomate à planter dans notre jardin. Mais ce joli projet de mini potager commun est bien plus enrichissant ! Les photos parlent d’elles-même…

potager1

Construction des structures carrées. La perceuse et les vis ! Ah ! quelle découverte pour Lynne ! Ca tombe en plein dans ses explorations de mouvements de vissage et d’emboitement du moment !

potager2

Remplissage des carrés avec la terre, rencontre avec les vers de terre, plantation (pas vraiment son intérêt pour l’instant), arrosage…

potager3e

Et voilà ! tomates et herbes aromatiques. Je pense que notre activité de plantation de graines n’aurait pas vraiment fonctionné. C’est pour ça que je retardais, je ne savais pas trop comment la mettre en place. Lynne est encore petite, et tout ça aurait été trop abstrait. Mais faire ce potager de A à Z, avec d’autres personnes que moi, qui plus est, a été une réussite totale. Nous avons ajouté nos graines aux plants et nous irons observer et arroser régulièrement…

Un bon entrainement pour jardiner avec papy et mamie le mois prochain en France…

Le panneau à élastiques

Un panneau, des clous, des élastiques. De quoi faire travailler la motricité fine, la coordination oeil/mail, la précision, les muscles des mains et des doigts et la créativité.

élastiques
stretchy shapese

Magic House, Kirkwood

Une belle journée

Apparemment, nous avons ramené le soleil de Californie avec nous… Nous sommes partis avec la neige et nous revenons avec 24°C. C’est dingue ! Alors aujourd’hui, nous avons passé la plupart de notre temps dehors.

Patouillages dans l’eau et la boue ce matin au jardin, déjeuner et goûter sur la terrasse. Et longue longue balade après la sieste cet après midi. Au parc puis juste derrière chez nous, à jouer dans la terre et les feuilles…

PicMonkey Collage

Que c’est bien de s’amuser avec l’eau et la terre sans restriction aucune ! Très naturellement, sans aucune intervention de ma part, Lynne s’est essayé à quelques exercices de transvasement avec sa petite louche et un peu de repêchage de cailloux avec sa passoire. Quelle concentration sur son visage ! Après nos essais passés très peu concluants de boire au verre, l’occasion était bonne pour recommencer, sans stress d’en mettre partout…

PicMonkey Collage2

En fin d’après midi, juste derrière chez nous, dans une petite allée, nous sommes restées longtemps, très longtemps, à profiter du soleil doré, alors que Lynne était lancée dans une exploration des alentours : feuilles, troncs d’arbre, terre, cailloux… tout y est passé. Elle était très occupée. Il n’est pas nécessaire de grand espaces. Cette petite allée était le théâtre de tellement de choses à voir et toucher. Elle a rempli le petit sac nature que je lui ai fabriqué de tout un tas de petits trésors… Et moi, j’ai attendu qu’elle finisse. Tranquillement, je l’ai laissée, plongée dans son occupation toute sérieuse.

Ca, c’est du temps précieux. Et prendre ce temps, c’est un vrai cadeau pour les enfants (et pour nous !). C’est tellement important…

PicMonkey Collage5

PicMonkey Collage3

« — Tu parles comme les grandes personnes

Ça me fit un peu honte. Mais, impitoyable, il ajouta:

—   Tu confonds tout… tu mélanges tout !

Il était vraiment très irrité. Il secouait au vent des cheveux tout dorés:

—      Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile.

Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que

des additions. Et toute la journée il répète comme toi: « Je suis un homme sérieux ! Je suis un homme sérieux ! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !

— Un quoi?

— Un champignon

Le petit prince était maintenant tout pâle de colère.

   Il y a des millions d’années que les fleurs fabriquent des épines. Il y a des millions d’années que les moutons mangent quand même les fleurs…

Et ce n’est pas sérieux de chercher à comprendre pourquoi elles se donnent tant de mal pour se fabriquer des épines qui ne servent jamais à rien ? Ce n’est pas important la guerre des moutons et des Heurs ? Ce n’est pas plus sérieux et plus important que les additions d’un gros Monsieur rouge ? Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n’existe nulle part, sauf dans ma planète, et qu’un petit mouton peut anéantir d’un seul coup, comme ça, un matin, sans se rendre compte de ce qu’il fait, ce n’est pas important ça !

Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

Projet nature 2 : … sacrifice floral…

fleur

J’accorde une grande importance à sensibiliser Lynne à la nature qui nous entoure et à l’éveil des sens en général (je trouve que l’on oublie souvent l’importance du corps et des sens dans nos sociétés un peu trop cérébrales)… Nous regardons beaucoup les plantes, insectes et petits animaux lors de nos promenades. Mais hors contexte, dans la maison, observer une plante isolée prend une toute autre dimension.

Cette petite activité complète notre projet d’observation du développement d’une plante à fleur dont j’ai parlé dans le billet précédent (ici). Si Lynne tripotait la plante, elle n’aurait certainement pas pu se développer jusqu’au bout et avoir des fleurs (ce qui était le but). Donc pour palier à la frustration des petits mains, j’ai décidé de lui donner à explorer librement une autre plante.

J’ai donc acheté une petite primevère à 1$… j’ai demandé à Mère Nature de m’excuser d’avance pour le sacrifice que je m’apprêtais à faire et j’ai donné la plante à Lynne … L’apprentissage passe souvent (forcément ?) par la déconstruction, le décorticage. Alors, bien entendu, la pauvre primevère a fini un peu mal en point (mais j’ai réussi à la réanimer !) Il y avait beaucoup de choses à exprimenter et sentir : observer les couleurs et les formes, toucher les fleurs et les feuilles, la texture du terreau (différente de la terre), sentir les parfums de terreau et de fleur, jouer à emboiter pot et cache-pot, sortir et rentrer la motte de terre (et un petit exercice de motricité fine au passage…) …

 

Je trouve très amusante l’habitude de Lynne de s’assoir dans son plateau d’activité. C’est un comportement  intéressant… comme un besoin de délimiter son espace d’activité… Faut-il y voir l’illustration de la nécessité du tapis d’activité décrit par Maria Montessori ? Depuis ces photos, j’ai acheté un tapis. Il faut que je regarde si Lynne continue de s’installer dans le plateau ou pas…

En cuisine : éplucher des épis de maïs

Lynne fait de grosses crises dès que je commence à cuisiner… elle pleure, s’accroche à mes jambes…. En fait, elle veut juste participer. L’ennuyant, c’est qu’elle est encore petite et ne possède pas encore la dextérité nécessaire aux gestes de base des bébés cuisiniers. Alors, pour l’instant, je la laisse patouiller dans les légumes qui trempent, toucher les pelures d’oignons et de pommes-de-terre… elle met tout à la bouche, elle découvre goûts et textures.  L’autre jour, je lui ai donné des épis de maïs encore pourvus de leurs feuilles. A ma grande surprise, elle les a tous magnifiquement épluchés avec une grande concentration !

Notre cuisine est plutôt petite et pas vraiment fonctionnelle (peu d’espace de plan de travail, et une table type bar, toute petite), alors je réfléchis à la meilleure façon d’intégrer Lynne, mais pour l’instant, ce n’est pas encore ça…

maïs