Une école Montessori de l’intérieur

Comme je vous en avais parlé ici, depuis la rentrée scolaire, j’ai la grande chance d’avoir intégré une école Montessori. Je vous en dis un peu plus aujourd’hui. Cette école est selon moi un véritable paradis pour les enfants et je suis extrêmement heureuse d’y travailler et de savoir que Lynne aura l’immense chance de faire sa scolarité dans une tel environnement.

Je n’ai pas d’expérience d’autres écoles Montessori et je n’ai pas encore de formation particulière, si ce n’est mon intérêt personnel et ma petite expérience quotidienne, alors je ne peux vous parler modestement que de ce que je vis dans mon école et de mon interprétation de cette pédagogie géniale.

PicMonkey Collage

L’école

Loin du modèle régalien français, les Etats-Unis, sont moins frileux en ent terme de diversité scolaire et les écoles Montessori ne sont pas rares, ici autour de Saint Louis (Missouri). L’école où je travaille est accréditée AMI (Association Montessori Internationale, créée en 1929 par M.Montessori elle-même), gage de qualité de l’enseignement.

L’école occupe une ancienne maison, nichée dans un grand espace de verdure bordé de bois. Les enfants sont libres grimper aux arbres, de fabriquer des cabanes et sont dehors par tous les temps (à part les tout-petits). Jouer dans la boue les jours de pluie est un véritable régal pour eux et comme dit le proverbe suédois « il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais habits ». Il y a un potager et un poulailler de pondeuses dont s’occupent les plus grands. Les oeufs peuvent être achetés par les parents.

De gros projets sont sur le point de voir le jour (étendre l’accueil aux plus jeunes et aux adolescents, rénover et créer de nouveaux bâtiments), mais aujourd’hui, l’école est une petite structure qui accueille près de 150 enfants de 2 ans et demi à 12 ans : La maison des enfants (2,5 ans à 6 ans), la classe élémentaire cycle 1 (lower elementary : 6 ans à 9 ans) et la classe élémentaire cycle 2 (upper elementary : 9 à 12 ans).

PicMonkey Collage3

 Inventaire à la Prévert de la pédagogie Montessori

Maria Montessori (1870-1952), première femme médecin d’Italie, a passé sa vie a travailler auprès d’enfants. A partir d’observations très scientifiques, elle a élaboré un système éducatif : une philosophie de vie et un matériel d’apprentissage extrêmement réfléchi, précis et très élaboré.

La pédagogie montessori insiste en tout premier lieu sur le respect de l’enfant. L’enfant est un individu à part entière et non un sous-homme dont on doit façonner l’esprit. Le but n’est pas de formater des cerveaux, mais d’épanouir des êtres humains, libres, dans toute leur singularité et leur diversité. Pour Maria Montessori, offrir aux enfants bienveillance, respect, paix et harmonie mène à l’émergence d’adultes responsables et eux-mêmes respecteux de leur prochain et de leur environnement. Utopie ? Ben non, l’enfant est tout simplement l’adulte de demain. C’est en lui que réside la solution pour un monde meilleur.

Toute activité chez un petit enfant répond à son besoin impérieux de construction et de développement. C’est pour cela que l’on parle de « travail » et non pas de jeu, même pour un tout-petit. Ce mot permet en outre de souligner l’extrême importance des actes enfantins, trop souvent incompris et sous-estimés par l’adulte.

Maria Montessori a observé chez l’enfants plusieurs phases naturelles de développement à partir desquelles elle a fractionné sa pédagogie:

  • La période du nido (le « nid »): de la naissance à 18 mois (marche assurée). Un cocon de douceur, la plupart du temps développé au sein de famille, ou si vous avez de la chance, dans une crèche spécialisée (coucou, Delphine !)
  • La communauté enfantine : de 18 mois à 3 ans (je vous en parlerai quand je ferai un article sur la communauté enfantine de Lynne)
  • La maison des enfants : de 3 ans à 6 ans
  • l’école élémentaire : de 6 ans à 12 ans (parfois découpé en 2 cycles)
  • les adolescents : de 12 à 18 ans
  • les jeunes adultes : concernés par les études universitaires

De la naissance à 6 ans, l’enfant traverse des périodes sensibles où toute son attention est focalisée sur l’acquisition d’une compétence particulière (mouvement, langage, sens de l’ordre, développement des sens, …). L’enfant absorbe de façon naturelle et sans effort. Mais si l’enfant ne trouve pas de quoi répondre à sa période sensible, celle-ci passe et l’acquisition de la compétence ne pourra se faire qu’au prix d’un apprentissage laborieux.

De 6 à 12 ans, l’enfant à besoin de rapports avec le monde, d’élargir son champ social. Il entre par ailleurs dans une phase de concept et d’abstraction. Il développe son sens de la morale et de la justice.

Maria Montessori n’a malheureusement pas eu le temps de développer sa pédagogie pour les adolescents et n’a établi que de grandes lignes directrices.

L’enfant est au coeur de l’apprentissage montessori. Il est responsable de lui même et de ses apprentissages. Une classe montessori, ce n’est pas un enseignant qui transmet des connaissances à un groupe d’enfants, ce sont des enfants qui construisent leur enseignement propre, guidé par un éducateur. D’ailleurs, les enseignants sont appelés guides. Leur travail consiste à s’effacer le plus possible et guider l’enfant vers l’autonomie. Leur plus grande tâche est d’observer. Observer pour comprendre  l’enfant, et savoir s’il est prêt à recevoir tel ou tel apprentissage.

Les classes reposent généralement sur des cycles de 3 ans (3 ans-6 ans, 6 ans-9 ans et 9 ans-12 ans). Le mélange des âges est bénéfique à tous :

  • les enfants ont le temps de développer  et approfondir leurs compétences selon leur propre rythme. Quand un enfant intègre un savoir au moment où il est prêt à le recevoir, il y a fort à parier que l’assimilation se fait sans gros effort et de manière durable.
  • les plus jeunes bénéficient de l’expérience des plus grands (il est indiscutable qu’un enfant apprend plus d’un autre enfant que d’un adulte), et les plus grands deviennent des modèles et de petits « maîtres » qui renforcent leurs connaissances en les transmettant et développent leur sens de la responsabilité et de l’empathie (prendre soin des plus jeunes).

L’enfant apprend par ses sens. L’importance de la main en particulier est primordiale. Maria Montessori a donc élaboré un matériel d’apprentissage dont des générations d’enfants ont validé le génie. Chaque notion et concept se transmet grâce à la manipulation de matériel concret. Ce matériel répond à des normes très précises. En matériaux nobles (bois, verre, métal…), isolant une seule idée (difficulté) à la fois et intégrant un contrôle d’erreur (pour pouvoir être utilisé de façon autonome par l’enfant). Les plus grands du cycle élémentaire utilisent de moins en moins de matériel et manipulent plus l’abstraction. J’essaierai d’écrire un article pour vous donner une idée du matériel utilisé.

PicMonkey Collage4

Il n’y a pas de cour magistral (excepté la série des 5 grands récits de l’humanité), puisque l’enseignant suit le rythme propre de chaque enfant. Les savoirs sont dispensés en « leçons« . Une leçon est donnée par l’enseignant à un seul enfant ou un petit groupe d’enfants.

Dans une classe montessori, les enfants bougent. Ils sont libres de se déplacer, s’assoir ou travailler au sol sur des tapis déroulés, parler (à voix basse, bien sûr). Ils travaillent en groupe ou seuls. Contraindre un enfant à rester assis en silence, il faut bien avouer que c’est quand même contre nature…

L’enfant choisit librement ses activités (dans la palette des enseignements proposés dans la classe). Il peut demander à recevoir telle ou telle leçon (car il a vu d’autres camarades travailler) ou l’enseignant peut lui proposer. Une fois qu’il a reçu une nouvelle leçon, l’enfant peut y travailler autant de fois et de temps qu’il le souhaite.

Il n’y a pas de récompense, pas de punition, pas de système de notation. L’enfant travaille pour lui-même. C’est tout le travail subtil de l’autonomisation…. on cherche à éveiller la curiosité, un goût de la découverte et de l’apprentissage. Les enfants ne travaillent pas par ce qu’il y a un contrôle et qu’il faut avoir une bonne note, sinon papa et maman ne seront pas contents, mais parce qu’ils ont envie d’en savoir plus. Parce qu’ils sont heureux de découvrir le monde qui les entoure et ce qu’il a a offrir.

Il n’y a pas de devoirs extra-scolaires. Hors de l’école, l’enfant doit être libre de profiter de sa famille, d’activités personnelles et de s’ouvrir au monde et à la société.

On encourage systématiquement les enfants à trouver une solution à leurs propres problèmes ou à demander l’aide de leurs collègues. En cas de conflit nous encougageons les enfants à se parler. L’intervention des adultes est de préférence le dernier recours.

Une école Montessori ne sectionne pas l’enfant. Elle ne le réduit pas à un simple cerveau à remplir de savoir théorique. Elle ne s’adresse pas qu’à une seule facette de son être. L’enfant est considéré comme un tout : c’est aussi un adulte en devenir qui doit savoir trouver sa place dans la société (et qui doit par conséquent apprendre à interagir avec son prochain avec grâce et courtoisie), et qui doit savoir se prendre en charge, prendre soin de soi et de son environnement (d’où l’importance des travaux de vie pratique, les tâches ménagères quotidiennes).

PicMonkey Collage2

Ma classe

  • Des enfants de 6 à 9 ans, en élémentaire cycle 1 (lower elementary),
  • Tous les matins et tous les soirs, l’enseignante accueille et prend congé de chaque enfant, respectueusement, en lui serrant la main, et en le regardant dans les yeux, baissée à sa hauteur.
  • Ce que l’on appelle notre classe est en fait un rassemblement de plusieurs salles de l’ancienne maison, mais aussi le solarium (véranda). C’est très lumineux, chaleureux et dans son jus. J’adore !
  • Il n’y a pas de table assignée. Chaque enfant est libre de s’assoir où il veut, seul ou en groupe à partir du moment ou il travaille et ne perturbe pas ses camarades. Ils peuvent aussi choisir de travailler au sol, sur des tapis.
  • Il n’y a qu’une seule pause dans la journée (à midi), mais les enfants étants libres de bouger librement, de lire dans la bibliothèque, le besoin de se défouler n’est pas le même.
  • Tous les enfants mangent sur place (soit repas qu’ils amènent, soit commandé à l’école), dans la classe, avec l’équipe enseignante. Ils sont en charge de dresser leur couvert, de débarasser et nettoyer.
  • Les enfants doivent eux-mêmes prendre soin de leur environnement. Chacun a donc une tâche quotidienne qui change d’une semaine sur l’autre : soin des animaux de la classe, nettoyage des sols, des étagères, des tables, rangement des espaces, soin des plantes, vider les poubelles, remplir et vider le lave-vaiselle, gérer lave-linge et sèche linge (sets de table,serviettes,  chiffons…), tailler les crayons…
  • Des intervenants extérieurs dispensent des cours d’espagnol, de musique et de sport
  • Presque tous les jours, après la pause de midi, l’enseignante fait la lecture d’un chapitre de livre à voix haute pendant que les enfants déssinent, crochètent, font de l’origamie…
  • chaque enfant tient un journal où il écrit tout le travail qu’il effectue dans la journée. L’enseignante le regarde tous les soirs. Chaque semaine, les enfants ont « conférence » avec l’enseignante. C’est le moment où l’on fait le point sur ce qui a été réalisé, et où les orientations de travail à venir se dessinent.
  • Les enfants n’ont pas de leçon écrite, pas de cahiers. Ils peuvent réaliser eux-mêmes de petits livrets avec le résultat de certaines leçons, pour les garder en référence.
  • Les enfants utilisent un matériel commun (crayons -on n’utilise pas de stylos aux USA, mais des crayons, gommes, règles, ciseaux,…). S’ils décident d’amener leur propre matériel, ils doivent alors le partager avec les autres enfants. Je sais que ce fonctionnement est propre à mon enseignante, ce n’est pas systématique aux écoles Montessori.
  • Les enfants n’ont donc pas de cartable, pas de livres. Les leçons Montessori étant transmises à partir du matériel pédagogique et non par les livres. Cela ne veut pas dire que les livres sont absents, bien au contraire ! la bibliothèque est en accès libre et chaque enfant peut y passer un moment chaque jour.
  • L’enseignement mathématique est extrêmement fort… vous connaissez beaucoup d’enfants de 8 ans qui connaissent les carrés des nombres jusqu’à 76, vous ?

Mon travail

Je suis assistante de l’enseignante et le moins que puisse dire, c’est que je n’ai pas le temps de m’ennuyer ! La journée est remplie sans interruption du début à la fin.

Cette année est un peu particulière car nous avons beaucoup d’enfants dans cette classe et nous sommes 2 assistantes. Une vrai bénédiction, puisque je peux apprendre de ma collègue qui a beaucoup plus d’expérience que moi. L’année prochaine, la classe sera scindée en deux.

Mon travail consiste à m’assurer que les enfants ont toujours à disposition le matériel nécessaire pour travailler, veiller au respect du matériel d’apprentissage, aider les enfants à trouver des solutions à leur problèmes, les guider à gérer leurs conflits, les aider à se mettre au travail ou les orienter, et dans certains cas travailler avec eux, parfois cuisiner avec eux, veiller au bon déroulement des tâches ménagères des enfants, surveiller la récréation, et encore mille et une petites choses… A partir du mois de janvier,  nous avons le projet de commencer des cours de français pour les enfants qui le désirent.

Voilà donc un petit tour d’horizon de mon travail et de ma compréhension de la pédagogie Montessori. J’apprends beaucoup, en pédagogie, en relationnel, en anglais et je n’ai pas fini d’apprendre !

Nhésitez pas à partager votre expérience d’écoles Montessori ou simplement vos réflexions.

 

Enfiler des pailles de papier / Threading paper straws

IMG_1804

Ce weekend, j’ai proposé cette activité de motricité fine à Lynne : l’enfilage de paille en papier. J’adore les pailles en papier ! Elles sont si jolies !

Sur le plateau :

  • des petits morceaux de pailles de papier découpées
  • un fil de lin assez épais pour qu’il soit un peu rigide, noué à une extrêmité (pour arrêter les pailles) et entouré d’un scotch à l’autre extrémité (pour aider le passage des pailles)

J’ai présenté le plateau avec un morceau de paille déjà enfilé et j’ai montré à Lynne comment faire. Elle enfile de grosses perles dans sa communauté enfantine, elle connaît donc déjà le principe. Mais les pailles offrent de nouvelles sensations dans les doigts et sont sans doute un peu plus difficiles à manipuler.

threading straw

This weekend I proposed this fine motor skill activity to Lynne  : threading paper straw. I love paper straws ! They are so pretty !

On the tray : 

  • small pieces of paper straws
  • hemp thread rather thick to be a bit rigid. A knot on one end (to stop the straws) and a piece of tape on the other end (to help threading).

I presented the tray with a piece of straw already on the thread and I showed Lynne how to proceed. She already uses big beads in her toddler community, so she knows how to do. But paper straw offer new feeling on fingers and might be a bit more challenging.

threading straw2

Elle s’est bien concentrée mais n’a pas terminé l’activité. Ce n’est que le lendemain matin, avant de partir à l’école qu’elle a repris son plateau et qu’elle a recommencé son travail, cette fois jusqu’au bout.

She focused well but she was not really interested to finish the activity. But the morning after, before going to school, she took her tray again and completed her work.  

 

 

 

Coin cuisine d’inspiration Montessori pour tout-petits / Montessori inspired kitchen corner for toddler

IMG_1762

L’idée montessorienne d’adapter l’environnement aux enfants pour leur permettre de développer leur autonomie en toute sécurité est bien entendu merveilleuse. Mais la réalisation relève parfois du casse tête ! Cela supose souvent une bonne dose de réflexion, de prendre son temps et parfois de réajuster ou modifier.

Notre cuisine est assez petite (vivement qu’on puisse déménager !)  et j’ai mis longtemps avant de me décider sur quoi faire. Tous les placards sont bien remplis et je n’arrivais pas à en libérer un pour y mettre les affaires de Lynne. J’ai finalement opté pour installer une toute petite étagère dans l’entrée de la cuisine, qui finalement s’avère suffisante et une bonne solution pour notre espace.

 

No doubt Montessori idea to adapt environment to children to help them  developing autonomy safely is marvelous. But implementation is sometimes really challenging ! You often need a good amount of thinking, take your time and changes.

Our kitchen is small and it took me a long time to decide what to do. All cabinets are quite full and I could not get one available to put Lynne things. I finally chose to put a very small shelf in the passageway to the kitchen. This option is enough for now and probably the best one for our space.

 

Au mur : des images de fruits et légumes (trouvées sur internet) à changer selon les saisons, pour donner des repères du temps qui passe et la notion de saisonnalité de ce que nous mangeons.

On the wall : some pictures of fruits and veggies (found on the internet) to change with seasons. This helps to give marks of flowing time and the idea of seasonality of what we eat.PicMonkey Collage

Sur le dessus :

  • les couverts (fourchette, cuillère, couteau et baguettes chinoises éducatives avec des anneaux pour positionner les doigts)
  • un petit plateau avec un pichet (petit pot à lait, tout léger, rempli seulementde la quantité d’un verre) et un verre en verre (une verrine, en fait. Il y a eu beaucoup de casse depuis le début, mais je persévère…)
  • une serviette de table. J’ai sacrifié un torchon pour en coudre 6 petites serviettes.
  • Un panier contenant le spray (voir ici) et des petits chiffons qui lui servent à nettoyer les ratés…

 

On the top

  • silverware (fork, knife, spoon and Chinese training chopsticks with rings to put fingers in)
  • a small tray with pitcher (milk pitcher, very light, filled only with the quantity of one glass) and a glass of glass (a lot have been broken since the beginning but I hold on the idea….)
  • a napkin. I sewed 6 little one from a tea towel.
  • a basket with a sprayer (see here) and cleaning towels that Lynne can use to clean any spill or dirt.

IMG_1772

En dessous :

  • des assiettes en fibre de bambou à bords montants, les serviettes propres, le surplus de couverts
  • une petite rappe à fromage et legumes, à la taille des petites mains
  • une planche et le couteau à lame ondulée (voir ici)
  • divers ustensiles de cuisine de lynne : fouet, cuillère en bois, rouleau à patisserie

Under it

  • some bamboo fiber plates with high sides, clean napkins, extra silverware
  • a cheese/veggies grater for small hands
  • a cutting board and wavy knife (see here)
  • some small kitchen tools  : whisk, wooden spoon, pin roll

En bas :

  • le bol à mélanger
  • une petite passoire (qui finalement ne sert pas vraiment, à part pour les fruits d’été)
  • une bassine pour laver les légumes, la brosse à laver les légumes.

On the bottom

  • mixing bowl
  • small strainer
  • basin and brush to wash veggies

 

Sur un crochet : son tablier de cuisine (voir ici)

On a hook : Lynne’s homemade autonomy apron (see here)PicMonkey Collage2

A côté de l’étagère :

  • un petit sceau pour déposer les torchons et serviettes sales (nous n’avons pas encore de routine de lavage à la main…il faut encore que je réfléchisse à comment mettre cela en place)
  • un set de ménage (Lynne se sert surtout du balais de la balayette et de la pelle. Elle n’a pour l’instant malheureusement pas accroché au dépoussiérage…)

Beside the shelf

  • a small bucket to put dirty towels or napkins (we do not have a washing handwashing routine, but I need to work on it)
  • a cleaning set. Lynne use mainly the broom, brush and dustpan)

IMG_1780

Lynne prend ses repas à table avec nous, assise sur un marchepied Ikea dont la version idéale faite par mon papa est malheureusement restée en France (voir ici). Elle mange dans une assiette en céramique et boit dans sa verrine, sur un petit plateau. Je ne positionne pas encore les couverts de manière définie car jusqu’à présent je ne voulais pas influencer sa latéralisation. Mais il apparaît de plus en plus que Lynne sera droitière.

Le marchepied lui sert aussi à se mettre à mes côtés pour cuisinner. Elle n’a pas de poubelle particulière puisque qu’elle a accès à la poubelle de la cuisine. La prochaine étape est de réfléchir à une station préparation autonome de goûter…

J’ai bien sûr beaucoup d’autres projets et idées en tête, mais il faudra attendre une autre maison pour les réaliser ! Et vous, c’est comment chez vous ?

 

Lynne takes her meals with us, sit on an ikea stool (see here the ideal version made by my dad, but unfortunately stayed  in France). She eats in a china plate and drink in a glass of glass, on a tray. I have not define yet where to put silverware because until now I did not want to interfere with her laterality. But it appears that Lynne might be right handed.

The stool is also used to stand by my side when she helps cooking. She does not have special trash bin for she can use the kitchen trash bin. Next step would be to settle an autonomous snack station …

I have many other ideas and projects in my mind, but I need to wait for another house to realize them ! How about you ? How is your kitchen ?

 

Vie pratique : laver sa poupée / Practical life : doll washing

doll washing

Activité traditionnelle des communautées enfantines montessori, le lavage de poupée est une activité très prisée des tout-petits… Ah ! Patouiller dans l’eau ! Quand je vais chercher Lynne à sa communauté enfantine, elle me montre très souvent la poupée et la bassine. Ce soir, Lynne a expérimenté ses crayons de couleur sur sa poupée (il fallait bien que ça arrive, après les murs…). Alors, autant en tirer parti…

Quand je lui ai dit qu’il fallait laver sa poupée, Lynne ne s’est pas faite priée, elle s’est installée toute seule pour faire son activité. Le lavabo, le mini savon, la brosse à ongle, une serviette. Tous ces éléments sont de toute façon ceux qu’elle utilise pour se laver les mains toute seule.

Doll washing is a common activity of Montessori toddler communities. Children love working with water ! When I pick up Lynne at her Children’s house, she often shows me the doll and the basin. Tonight, She experimented her color pencils on her doll (yeah… after the walls, I should have seen it coming)… So, better take advantage of it….

When I told her we had to wash her doll, she immediately went on her stool by the sink and began her activity by herself. The sink, the tiny soap, the nail brush, a towel. Everything is anyway what she normally uses to wash her hands by herself.

doll washing2

Lynne a achevé son travail en allant chercher son spray et un chiffon pour nettoyer le lavabo…

Lynne completed her work by taking her spray and a cloth to wash the sink…

doll washing3

NOTE : Attention, il ne faut pas s’imaginer que les activités que je fais avec Lynne durent longtemps, ni qu’elles sont parfaitement exécutées. Les photos ne montrent que les moments intéressants et choisis. Il faut parfois rediriger Lynne sur son activité, ou du moins la canaliser. Et parfois, il y a des activités qui ne fonctionnent tout simplement pas. A ce sujet, cet article  de Kathleen du blog de maman K, donne un bon résumé de ce que j’observe aussi.

NOTE : Please, do not think that every activity I do with Lynne are long or perfectly done. Lynne is a little girl like all the little girls and has a good and hard moments too ! Photos show only interesting and specific moments. Sometimes, Lynne needs to be redirected. And sometimes activities do not work, because she is not in the mood, or because I choose the wrong time, or the wrong skill to work…. I am learning everyday !

Peinture / Painting

Lynne vient de traverser une période de peinture intensive. A l’école, à la maison, à la Magic House, en monochrome, en mélange de couleurs, au pinceau, au rouleau, à la pomme, mais surtout aux mains et aux pieds !

Elle adore étaler la peinture sur ses mains en couches de couleurs successives. Elle sent la matière, observe ses mains, les fait glisser l’une contre l’autre. Elle va alors se laver les mains et revient les enduire à nouveau. L’autre jour, elle a fait ça au moins 5 fois de suite. Puis, satisfaite, elle est passé à autre chose. Exactement le même procéssus que pour le collage (voir ici).

Lynne went through an intense phase of painting. At school, at home, at the Magic House, monochrome, mixed colors, with brush, rolls, apple, and especially hands or feet !

She loves spreading paint on her hands in many layers of color. She feels material, observes her hands, rubs them together. Then, she goes to wash her hands and paint them again. The other day, she did this at least 5 times. Then , happy, she moved on with her day. Exactly the same process as she did with pasting (see here).

paint

Et voilà 3 idées pour explorer la peinture sur le thème de l’arbre en l’automne :

  1. peinture avec une pomme
  2. peinture avec un pinceau rond
  3. peinture avec des rouleaux de carton

And here are 3 ideas to explore paint on the theme of the tree in fall : 

  1. painting with apple
  2. painting with round brush
  3. painting with cardboard rolls

1

apple painting

2

tree paint

3

PicMonkey Collage

Cuisine du weekend : pancakes ! / Weekend toddler cooking : pancakes !

IMG_1666

Inspirées par notre lecture du livre d’Eric Carle, Pancakes, Pancakes !, nous nous sommes lancées dans la préparation de pancakes pour notre petit déjeuner. Nous avons suivi cette recette qui s’est avérée merveilleuse. La préparation est simple, rapide et Lynne s’est bien amusée. Lynne adore cuisiner et goûter les divers ingrédients, mais n’a pas un intérêt très grand pour manger nos douceurs (excepté les gâteaux au chocolat). Tant mieux, elle a déjà un bon coup de fourchette !

Inspired by our reading of the lovely book of Eric Carle, Pancakes, Pancakes !, we made our own pancakes for breakfast. We followed this recipe and it turned incredibly delicious. Preparation is simple and quick and Lynne enjoyed it very much. Lynne loves cooking and tasting all ingredients, but she has not much interest in eating our cakes (except chocolate cakes). Luckily, because she good appetite anyway !

pancakes

 Ingrédients :

  • 195 g farine (j’ai fait moitié farine complète et moitié farine blanche)
  • 35 g sucre
  • 1 pincée de sel
  • 600 ml de lait
  • 2 oeufs
  • 120 g beurre fondu (plus de quoi beurrer la poele)
  • de l’extrait de vanille
  • un sachet de levure (ou deux si vous voulez des pancakes aériens)

Ingredients :  

  • 1 cup flour (I took half all-purpose flour nd half whole weat flour)
  • 3 tablespoons sugar
  • 2 tablespoon baking powder
  • 3/4 teaspoon kosher salt
  • 1/2 cup milk
  • 2 large eggs
  • 8 tablespoons butter, melted, plus more for skillet
  • 2 teaspoon vanilla extract

pancakes2

Préparation  : mélangez les ingrédients secs (farine, sucre, levure, sel) dans un bol. Puis les ingrédients humides dans un autre bol (oeufs, lait, beurre, vanille). Verser le contenu du second bol dans le premier ne prenant soin de ne pas trop mélanger. Comme pour les muffins (voir ici), utilisez une cuillère en bois ou une fourchette et n’insistez pas trop, sinon, vos pancakes seront tour plats. Faites chauffer une poele à crêpe et versez une tasse de pâte, avant de l’étaler légèrement. Bon à savoir : exactemement comme me l’avait dit une collègue de travail, j’ai raté mes deux premiers pancakes, le temps de trouver le bon réglage de la température de cuisson.

Et voilà ! Bon appétit !

Preparation : mix all dry ingredients (flour, sugar, salt and baking powder) in a mixing bowl. Mix all wet ingredients in another bowl (eggs, ilk, butter and vanilla). Pour second bowl in first bowl, but do not over mix. Like muffins (see here), use a wood spoon or a fork and do not insist, otherwise your pancakes will be flat. Warm a frying pan and pour 1/4 cup of batter. Spread a bit. Good to know : like one of my coworker told me, I failed the 2 first ones because of temperature adjustment.

Et voilà ! Enjoy !

Hermann, Missouri

Belle journée à Hermann, ville pittoresque bâtie au XIXe siècle par des migrants allemands, et réputée pour ses vignobles. Lynne, quant à elle, déguste du jus de raisin, bien évidemment…

Lovely day in very picturesque Hermann, known for its vineyards and wineries established by Germans migrants during the mid-19th century. Lynne only tasted grape juice, as you can imagine…

Hermann 2 Hermann  PicMonkey Collage

hermann4

Thank you to our lovely neighbors and friends, S and F !