Le compromis du derrière

M’imaginant maman, je pensais que j’utiliserais des couches lavables. Comme le portage en écharpe ou l’allaitement, ça faisait partie de mes préconçus. La situation étant un peu compliquée (moi en France, papa aux USA et bébé qui ne dort que très très peu), j’ai décidé de ne pas me compliquer encore plus la tâche et de souscrire à la couche jetable. Mais je ne suis pas totalement en paix avec ce choix. Après avoir terminé mon stock d’avance de Pampers et de Carrefour achetés en promos je me suis lancée dans un compromis. D’autant que plus Lynne grandi, moins je trouve Pampers efficace.

Les couches écologiques. Aux USA, j’utilise Seventh génération et en France Tidoo. Je suis contente du résultat. Il y a parfois quelques accidents (la contenance est limitée), mais finalement, ce n’est pas plus mal, cela montre les limites des composants plus naturels que l’on trouve dans ces couches. Bien entendu, cela ne résoud pas le problème des déchets…

couches

Laumeier Sculpture Park

Le temps était magnifique, ce weekend. On est allé faire un tour au Laumeier Park qui se trouve à quelques miles de la maison.

Ce parc public est une pure merveille. Un immense musée à ciel ouvert, qui invite à musarder et flâner sur les vastes pelouses ou sous les arbres, devant de gigantesques sculptures contemporaines.

LP3

En 1968, Matilda Laumeier a légué à la ville de Saint Louis  sa demeure avec jardin en mémoire de son mari, Henri. Quelques années plus tard, le projet d’installer sur les lieux un centre d’art, s’est fait jour et en 1977, le Laumeier Sculpture Park a ouvert ses portes. Le centre se définit comme un laboratoire vivant d’exploration du dialogue entre art contemporain et environnement naturel. On y trouve les œuvres des grands noms de l’art contemporain, Nikky de Saint Phalle, Sol Lewitt, Donald Judd, Richard Hunt…

LP1

Je suis fan du lieu. Et c’est tout près de la maison. Il nous reste encore à voir beaucoup de sculptures car certaines se cachent le long de sentiers qu’on a loupés.

LP5

Je suis convaincue que nous sommes une superposition de tout ce que nous avons vécu, vu et ressenti (un peu comme un millefeuille, ou comme les couches stratigraphiques du sol). Nos 5 sens nous ouvrent au monde et laissent des traces dans notre cerveau, tout au long de notre vie. Même si nous ne nous rappelons pas de nos toutes premières expériences enfantines, elles restent ancrées en nous et forment la base de ce que nous emagasinons par la suite. c’est pour cela que j’essaie de donner à Lynne le plus d’expériences sensorielles  possible (en adaptant compte bien sûr le niveau de sollicitation à son âge et ses besoins), car je suis certaine que tout ça restera quelque part dans un coin de son être et que cela l’aidera à forger sa propre personnalité.

LP4

LP2

Le weekend du grand Chelem

Roulement de tambours, brlbrlblrblrblr….. ce weekend, Lynne :

1 / s’est retournée sur le ventre toute seule ! Elle a enfin compris comment passer l’épaule, et comment ne plus rester comme une baleine échouée sur le côté. Même si elle n’a pas très bien compris notre enthousiasme, elle a souri de bon cœur avec nous, histoire de participer…

20140517_074631

2 / a goûté sa première purée ! J’espérais attendre jusqu’à ses 6 mois, mais vu l’intérêt grandissant qu’elle portait aux aller-retour  de nos fourchettes entre l’assiette et la bouche, on a du se lancer dans du plus consistant. On a commencé avec succès les céréales il y a quelques jours. Aujourd’hui, on a inauguré notre mixer à bébé, heu, non, pour bébé : purée de patate douce bio. Bien entendu, elle a rapidement compris combien il était amusant de souffler la bouche pleine.

20140513_200942

3/ a commencé à s’exercer aux consonnes. Beuh, Peuh., Veuh étaient au programme. Ca lui plait tellement qu’elle se réveille en pleine nuit pour se raconter des histoires ou des blagues, je sais pas trop, mais en tout cas, ça l’amuse beaucoup. Bien sûr, elle tente ses vocalises avec la purée.

3/ s’est endormie toute seule dans son lit ! La nuit n’est pas finie… mais c’est un bon début…

Allez, je vais me coucher, moi aussi…

Papillon, vole !

Aujourd’hui, une belle visite à la maison des papillons.

La butterfly house, ouverte en 1998, est le premier lieu de conservation de papillons crée aux Etats-Unis. Je n’ai aucune idée de la raison de son installation ou de l’origine de la collection. Les dépliants de sites culturels ou touristiques ne sont jamais très détaillés ici…

 butterfly H1

Le lieu est constitué d’une grande serre  de verre, de jardins et d’espaces pour les ateliers éducatifs.

On commence la visite par les espaces éducatifs (cycle de vie du papillon, les diverses variétés…).

Butterfly H2

Puis, on entre dans la serre, où 60 espèces de papillons  de toutes les couleurs, volètent autour des visiteurs dans la chaleur et l’humidité d’un milieu tropical. Il y a même une nurserie de papillon où l’on peut voir les crisalydes suspendues.

Butterfly H3

Buttefly H4

Lynne a apprécié la balade, même si je ne suis pas restée très longtemps dans la serre en raison de l’humidité un peu trop étouffante pour elle. C’est un lieu à revisiter indiscutablement lorsqu’elle sera plus grande. Comme support aux sciences naturelles, il n’y a pas mieux !