Kirkwood Pacific Railroad

L’histoire de Kirkwood est entièrement liée au chemin de fer, auquel elle doit son existence. La ville est coupée en deux par les rails, en plein milieu du centre-ville. Et la circulation est rythmée par l’ouverture et la fermeture des barrières. Moi, qui ai tout mon temps, je trouve ça charmant et pittoresque, les automobilistes, sans doute un peu moins…

Gare 1

En 1852, la compagnie du Pacific Railroad a acheté des terres pour y faire passer le chemin de fer. C’est là que sera construite la ville, première banlieue créée de façon planifiée à l’ouest du Mississipi. Kirkwood est le nom de l’ingénieur en chef chargé de la supervision de la construction du chemin de fer, James Pugh Kirkwood.

 vielle gare

Le premier train est entré en gare le 11 mai 1853.

A la première gare en bois a succédé le bâtiment actuel, construit en 1893 par Richard Donovan. C’est un exemple de l’architecture néo-romane du XIXe siècle qu’on trouve aux Etats-Unis, classé aujourd’hui monument historique.

L’intérieur est assez joli, avec ces grandes banquettes en bois. Pour passer le temps, il y a des tables où sont dessinés des échiquiers, et une étagère de livres à disposition des voyageurs.

 Gare2

En 2002, l’Amtrak (la société de chemins de fer américaine) a failli fermer la gare. Mais pour ne pas perdre son emblème, la ville l’a racheté en 2003. Près de 200 personnes ont contribué au rachat grâce à des dons. Vu la taille de la ville, c’est énorme.

L’originalité est que le personnel de la gare n’est composé que de bénévoles !  Ceux-ci ouvrent la gare, aident les voyageurs et les renseignent mais ne sont pas habilités à gérer les ventes qui doivent se faire sur internet ou au guichet automatique de la station.

Grant’s farm

Une des attractions majeures du coin, Grant’s Farm est un plaisant mais franchement étrange mélange de genres…un parc où se mêlent histoire, faune, exposition d’attelages et … et quoi au juste ?… bière bavaroise ?

GF1

A l’origine du site, la demeure du général Ulysses Grant., 18e président des Etats-Unis (1869 à 1877). Celui-ci construit lui-même, en 1856, une cabane sur les terres de sa belle-famille. On ne peut malheureusement pas visiter l’intérieur ; on ne fait que passer devant … en petit train…

Ca, c’est pour le côté culturel de la chose…

 GF2

Pour le côté mignon de la chose, on rencontre plein de bestioles à plumes et à poils. D’abord en liberté, toujours dans notre petit train, buffles, zébus, lamas … puis dans des enclos, chevaux, éléphants, aras, iguanes… Lynne est encore trop petite pour être intriguée par les animaux, mais elle a bien apprécié le côté grand air. Et puis on peut nourrir les bébés biquettes au biberon… c’est trop meûgnooooonnnnn !!!!!

GF3

Vient enfin, le côté « October Fest » de la chose…

Bizarrement, nos pas nous dirigent vers un hameau bavarois plus qu’incongru.

En fait, il s’agit du Bauernhof, bâtiments de ferme typique du 19e siècle bavarois, construits par la famille Anheuser Busch, aujourd’hui propriétaire des lieux. Un des plus gros groupes de brasseurs du monde, les bavarois Anheuser Busch, sont les patrons de la célèbre bière Budweiser.

Les bâtiments comprennent les étables, les garages à chariotes (grosse collection d’attelages et autres engins à transporter la bière à travers le temps) et les baraques à saucisses !

Là, au son d’une musique bien festive, on se retrouve à manger des saucisses et boire de la Bud gratuite à volonté (nan, j’en ai pas bu, même celle sans alcool…). Et oui, il faut bien qu’ils fassent leur pub…

On a une légère impression de Disneyworld à l’allemande… c’est assez étrange…

Mobile des danseurs / Mobile of the dancers

Tada !

Et voilà, un joli mobile Montessori des danseurs pour Lynne. Ce mobile est généralement proposé vers 3 ou 4 mois. Comme pour mon mobile de Gobbi, je suis sans doute déjà limite. Lynne a l’air d’apprécier les danseurs, plus qu’elle n’avait apprécié le Gobbi.

J’ai fait deux versions. La première en noir et blanc avec ce que j’avais sous la main. Je n’étais pas vraiment satisfaite du résultat. La seconde après avoir acheter du papier autocollant hollographique et des baguettes dans un magasin de travaux manuels. Le résultat est bien meilleur.

mobile danseurs

Le papier hollographique qui accroche la lumière et renvoie des reflets colorés est vraiment très poétique… Près d’une fenêtre ouverte, ça fait un effet superbe.

FABRICATION :

Au cours de l’été 2015, mon amie Delphine a ouvert 2 nouvelles crèches Montessori à Avignon. Elle m’a commandé pour l’occasion 2 nouveaux mobiles des danseurs. J’ai pris des photos en cours de fabrication et je me suis dit que ce serait sympa de partager. Les voilà, avec quelques conseils…

danseurs3

Fournitures : 1 ou 2 feuilles de papier hollographique ou alors de papier pailleté. En général, ces papiers sont autocollants.et cela évite les collages hasardeux à la colle. 1 crayon, du scotch, des ciseaux, du fil de pêche, des allumettes, des tourillons de bois (le plus petits diamètre que vous trouvez), une scie.

1/ Imprimer ici et découper les figures des danseurs (patron). Pour ne pas vous tromper, vous pouvez attribuer un numéro à chaque danseur et le reporter sur les morceaux qui le composent.

2/ Tracez et découpez vos morceaux de danseurs au revers de votre papier hollographique ou pailleté (photo 1 ci-dessous). J’utilise un petit bout de scotch roulé pour maintenir les patrons. Vous obtenez les faces de vos danseurs. Recommencez l’opération en utilisant vos faces. Découpez ainsi les revers de vos figures (voir photo 2 ci-dessous)

3/ Positionnez les têtes, bras et jambes dans l’axe et retirez la partie autocollante de votre papier (sinon, il vous faudra coller vos faces à la colle). Laissez suffisamment d’espace entre les différentes parties pour plus de mobilité des danseurs.

4 / Coupez une bonne longueur de fil de pêche. Faites un noeud à l’une des extrêmités. Posez votre fil comme une colonne vertébrale au milieu de la tête, bras et jambes. Le noeud du fil depêche se positionne à l’entre-jambe (il permettra au fil de ne pas glisser) (voir photos 3 ci-dessous et la photo avec les flèches plus bas)

5/ Retirez la partie autocollante des revers et collez ceux-ci sur les faces en prenant le fil de pêche en sandwich.

6/ Avec une allumette, brulez l’extrêmité du fil de pêche qui dépasse, sous les jambes, jusqu’au noeud. Si vous coupez raz, le noeud risque de se défaire. Si vous brûlez, le plastique fond et ne peut plus bouger.

7 / Avec votre scie, découpez votre tourillon pour obtenir 3 baguettes de 8 ou de 10 cm. A vous de voir ce que vous préférez. Vous accrocherez 2 danseurs par baguette et vous suspendrez les deux baguettes à la troisième. Les mouvements des danseurs seront maximum. Pour un meilleur rendu, j’incise le pourtour de chacune des extrêmités des 3 baguettes à 1 cm du bord. Je me sers de cette incision pour bloquer le fil de pêche en faisant un noeud.

Bonne fabrication !

danseurs1 danseurs2

Mobile de Gobbi : ici

Mobiles des octaèdres et Munari :

Ma fille est une va nu-pieds

Lynne bouge, gigote, se tortille, s’enroule, s’arc-boute, se déroule, remue…

Impossible de lui faire garder, chaussettes, chausson ou chaussures… combien de fois, son papa a dû faire demi-tour dans les magasins pour arpenter les allées à la recherche du chausson perdu !

 pieds

Une technique consiste à mettre plusieurs épaisseurs de chaussettes puis enfoncer les chaussons par-dessus. Comme ça, les tout est bien bourré, bien calé. Le problème, c’est que j’ai peur qu’elle finisse par perdre un orteil, faute d’irrigation sanguine convenable !

Et puis finalement, ce n’est bien souvent que retarder la fatalité…Il n’y a que les collants qui lui permettent de conserver les pieds au chaud. Le problème, c’est que j’ai peur qu’elle ne finisse par se liquéfier de chaud…

Vivement cet été !

Hochets

Inspirée par mes lectures, j’ai réalisé ces petits hochets pour Lynne. Très facile, avec de grosses perles de bois (non peintes, des lettres « O ». J’avais lié les éléments avec des lanières de cuir. mais celui-ci avait l’air teinté et un côtéétait pelucheux. Sachant que Lynne allait forcément mettres ces hochets à la bouche, j’ai refait les liens avec de la ficelle de lin.

avril (16)